COVID 19 : Fabrication de masques par les acteurs économiques locaux pour compléter les besoins en masques

Communiqués de presse

Publié le

Jeudi 30 avril 2020

L’accès aux masques pour les habitant.e.s et les professionnel.le.s du territoire représente aujourd’hui  un enjeu de protection sanitaire essentiel.


Il existe, sur notre territoire, un certain nombre d’acteurs économiques capables d’en produire. Parmi ceux-ci, les acteurs de la filière artisanale du textile peuvent répondre plus spécifiquement aux besoins des habitants de nos villes : ils sont dimensionnés pour répondre à des commandes de petits volumes (de 10 à 10 000 pièces), ils garantissent une production de qualité répondant aux normes en vigueur, et la distribution de leur production peut être orientée vers les besoins locaux. 


D’ores et déjà, avec 50 couturier.e.s mobilisé.e.s, la capacité de production minimale est de 30 000 masques en tissu par mois. Cette capacité de production locale sera complétée par les commandes que les collectivités ont pu faire, et devra l’être par l’Etat, dont c’est la compétence. 
Depuis le début de la crise, Plaine Commune, solidairement avec les Villes, se propose d’aider à structurer et articuler ces acteurs locaux de la filière artisanale du textile : cette organisation en réseau permettrait une plus grande efficacité en mutualisant des approvisionnements (tissu, fil, élastique, aiguilles) en organisant la découpe du tissu, la gestion commerciale, la logistique permettant ainsi aux couturier.e.s de se consacrer à la production et au contrôle qualité ; en aidant à trouver un modèle économique, et à identifier un coordonnateur de réseau qui pourrait s’appuyer sur les régies de quartiers. 

                                           
Cette structuration rendra encore plus efficace la mobilisation bénévole des nombreux habitant.e.s qui déjà agissent en réseaux sur tout le territoire sous l’impulsion commune des villes et des associations.


Cette crise montre l’urgence de renforcer l’armature de la filière textile locale. De nombreuses structures ont émergé. Certaines sont plus anciennes et appellent un développement d’activité. Entre savoir-faire locaux, besoins sociaux et création d’activité et d’emploi, cette filière peut construire une véritable durabilité, bien ancrée dans le territoire, ses quartiers et ses besoins.


La coopération à l’œuvre au sein de nos communes et notre Territoire entre tous les acteurs sur la production de ces masques devra se prolonger, se renforcer. Nous avons les moyens d’organiser une véritable filière textile. Nous y contribuerons. C’est un modèle de réponse aux besoins qui doit nous inspirer pour l’avenir sur chaque secteur de nos besoins économiques.