L'art dépasse les bornes

Newsletter Actu | #CultureLaVille

Publié le

50 bornes de sécurité customisées par le street artiste Guaté Mao

© P. Le Tulzo

Elles sont au nombre de 50 et jalonnent le parcours des piétons entre la gare RER B et le Stade de France. De nouvelles bornes en ciment ont fait leur apparition à Saint-Denis afin de sécuriser le cheminement des spectateurs de l’enceinte dionysienne. Plaine Commune a confié au street-artiste Guate Mao le soin de faire de ces plots minéraux de véritables œuvres d’art.

 

50 pays à l'honneur


Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le défi est relevé ! Sur chacune des bornes Guate Mao met un pays à l’honneur en y faisant apparaître le drapeau, les motifs traditionnels, ainsi qu’un regard d’homme, de femme ou d’enfant, qui personnifie l’œuvre et lui donne une profondeur bienveillante. Pour mener à bien son travail, l’artiste dionysien a utilisé la technique du pochoir afin d’obtenir un rendu très précis. Un vernis hydrofuge a ensuite été posé sur chacun des œuvres afin de préserver la peinture des affres du temps.

Poétiser la ville


Financée par Plaine Commune et le Stade de France, cette intervention artistique a pour vocation à être pérenne et revêtira un écho tout particulier en 2024, lorsque le Stade de France, devenant stade olympique accueillera le monde pour Paris 2024. A l’image de la Street Art Avenue,  de la Pixel Avenue, ou encore des containers revisités par des graffeurs du territoire, ce nouveau chapitre de la démarche de territoire de la culture et de la création mené par Plaine Commune, ravit déjà les visiteurs du plus grand stade de l’Hexagone.