01 déc.

Douce transe + Trans Kabar

Musique | Festival

Publié le

Festival Africolor

C’est le plus grand festival de création autour des musiques africaines. Africolor est la vitrine de l’Afrique vivante d’aujourd’hui : urbaine, cosmopolite, politisée, déchirée parfois, traversée par des conflits qui reflètent les appétits mondiaux, branchée sur la sono mondiale, mais aussi tournée vers son patrimoine, ses épopées, ses ancêtres.

Sans rien renier de l’universel, Africolor programme les musiques africaines parce qu’elles apportent quelque chose d’unique à l’Histoire de la musique.

Douce transe

Le trio Space Galvachers rencontre le chanteur et musicien Olivier Araste, leader du groupe de Maloya réunionnais Lindigo. Leur but ? Créer une transe contemporaine, originale, sans frontières mais riche de cultures fortes. Pour ce faire, les instruments préparés se mêlent aux instruments originaux contemporains, unifiant musique expérimentale urbaine et musique traditionnelle réunionnaise. Le répertoire se situe à mi-chemin entre musique écrite et musique improvisée, afin de créer un “folklore imaginaire” ancré dans la tradition du maloya réunionnais.

Trans Kabar

Trans Kabar, groupe de rock maloya, travaille sur les rites mystiques de l’île de la Réunion pour élaborer une musique de « trans maloya ». Ils s’inspirent du Servis Kabaré, cérémonie festive issue des rituels des esclaves faîte pour communier avec les ancêtres par la musique, les chants et les danses.

Souvent rejeté, interdit, presque oublié, ce rite a survécu dans la clandestinité. Trans Kabar le remet au goût du jour. Ici, musiciens et public forment un ensemble indissociable ; la musique devient un prétexte pour converser.

Dans Trans Kabar, les musiciens s'appuient sur les chants traditionnels du maloya et les airs traditionnels des Servis Kabaré. Spontanés, les quatre artistes laissent une large place à l’improvisation. Des rythmiques rock maloya qui se sculptent autour de la voix et du kayamb pour se plonger dans les complaintes d’un blues insulaire.