Jeux olympiques et paralympiques - Paris 2024

Avec le village Olympique et Paralympique, trois sites de compétition, un site de célébration et 17 sites d’entraînement, Plaine Commune sera au cœur des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Équipements, logement, des transports, développement économique et emploi, cet événement planétaire laissera un héritage durable au territoire et à ses habitants.

Le Village Olympique et Paralympique

Le village Pleyel Bord de Seine accueillera les 14 000 athlètes et officiels durant les Jeux. Bâti conjointement sur les villes de Saint-Denis, L’Île-Saint-Denis et Saint-Ouen-sur-Seine, le périmètre du village s’appuie sur deux projets urbains préexistants et déjà engagés : l’écoquartier fluvial et Universeine.

Dès 2025, le village deviendra un véritable quartier de ville au pied de la future gare Pleyel du Grand Paris Express comprenant notamment :

  • 2200 logements familiaux
  • 900 logements spécifiques notamment des chambres pour étudiants
  • 131 200 m² d’activités, bureaux et services
  • 2 hôtels
  • 3 300 m² de commerces
  • 2 groupes scolaires
  • Un gymnase

 

Sa réalisation s’accompagnera du réaménagement des berges de Seine et d’une passerelle reliant Saint-Denis et L’Île-Saint-Denis réservée aux mobilités actives (bus, cycles et piétons), mais également de la construction de protections phoniques le long de l’autoroute A86.

Fondamentalement tourné vers l’avenir, le projet sera mené avec un niveau d’exigence environnementale très ambitieux, notamment en termes de mobilité, de performances énergétiques, de gestion de l’eau et de respect de la biodiversité. À noter également que le projet prévoit la création de deux nouveaux parcs de deux hectares chacun ; l’un à L’Île-Saint-Denis et l’autre entre Saint-Denis et Saint-Ouen-sur-Seine. Au total ce sont plus de 7 hectares d’espaces verts qui seront proposés au sein du futur quartier.

Le Stade de France

Construit à l’occasion de l’accueil par la France de la Coupe du Monde de football en 1998, le Stade de France a accueilli depuis sa création plus de 35 millions de spectateurs et près de 500 événements sportifs et culturels. Il constituera l’épicentre des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 et s’offrira pour l’occasion une cure de jouvence. Il accueillera notamment les compétitions d’athlétisme qui sont traditionnellement les épreuves reines des Jeux.

La rénovation programmée pour cette infrastructure phare du sport français permettra d’améliorer l’expérience des athlètes et des spectateurs pendant les compétitions. Dans le détail, le stade et ses abords seront mis en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, ses loges et salons seront repensés, tandis que les aménagements extérieurs seront revus. En attendant les Jeux, le Stade de France accueillera notamment la Coupe du Monde de rugby en 2023.

Le centre aquatique olympique

Situé à Saint-Denis sur le site de la Plaine Saulnier, face au Stade de France, le centre aquatique se composera de deux équipements, dont l’un sera pérenne. Il accueillera les compétitions de natation, de water-polo, de plongeon et de natation artistique. De stature internationale, il permettra à la fois d’accueillir de grandes compétitions internationales et de répondre au quotidien au déficit de bassin sur le territoire.

La partie pérenne de l’équipement sera composée d’un bassin de 50 x 25 mètres avec 10 lignes d’eau pour la natation et d’un bassin de plongeon de 26 x 25 mètres. Seul équipement construit à l’occasion des Jeux, il porte en lui l’ambition de développer la pratique de la natation des habitants du territoire, et les plus jeunes d’entre eux.

Après les Jeux, le centre aquatique sera au cœur d’un projet d’aménagement plus vaste pour la Plaine Saulnier. Le site accueillera en effet environ 500 nouveaux logements, des équipements, des commerces et des locaux d’activités. L’objectif est ainsi de permettre le développement d’un quartier de vie libéré de l’enclavement lié aux grandes infrastructures autoroutières et ferroviaires. C’est aussi l’opportunité de reconquête d’un des derniers sites post-industriels du territoire et de favoriser l’articulation entre la Plaine Saint-Denis et le centre-ville. Une passerelle sera réalisée au-dessus de l’autoroute A1 et de l’avenue du Président Wilson. Celle-ci reliera le quartier du Stade de France et la Plaine au centre-ville de Saint-Denis.

Le parc des sports Marville

Bien connu des habitants du territoire, le parc sportif de Marville s’étend sur une superficie de 33 hectares. Durant les Jeux, il deviendra un site de célébration et d’entraînement notamment pour le water-polo. Situé conjointement sur les villes de La Courneuve et Saint-Denis, il se verra doté d’une nouvelle piscine reconstruite qui permettra, à l’instar du centre aquatique, de répondre aux besoins des habitants en matière d’équipement aquatique. Aujourd’hui vétuste, l’équipement actuel fait l’objet d’études concernant sa réhabilitation et des futurs usages, encore à déterminer. Les travaux du site Marville débuteront au début de l’année 2022 et dureront environ deux ans.

Le site de tir sportif

Le terrain des Essences se situe à La Courneuve, à seulement 7 km du village des athlètes. Il s’agit d’un ancien site de ravitaillement en hydrocarbure du ministère de la Défense. Après avoir été totalement dépollué, il sera renaturé et accueillera les équipements des épreuves de tir sportif. Ce stand de tir provisoire aura une capacité d’accueil de 3 000 places.

Une fois les Jeux passés, le site reviendra au département de la Seine-Saint-Denis et s’intègrera dans un vaste projet d’aménagement paysager et urbain en lien avec le parc Georges-Valbon. Il accueillera une forêt dédiée à la reproduction et au refuge de la faune (notamment aux oiseaux nécessitants de grands milieux humides), mais aussi un espace ouvert à la promenade, aux activités physiques, sportives et ludiques.

Le canal Saint-Denis

Le canal Saint-Denis constitue un patrimoine écologique important et représente un lien fort entre le territoire et Paris. Durant les Jeux 2024, il sera un véritable trait d’union entre les sites olympiques et paralympiques du Stade de France et la Villette. Le projet de réaménagement des berges du canal est mené depuis plusieurs années par Plaine Commune, en partenariat avec la ville de Paris et le département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet vise à ouvrir l’accès aux berges, élargir les usages du canal, notamment sa vocation écologique, évènementielle, sportive et culturelle, et renforcer son attractivité.

En 2024, la rive droite du canal aura été entièrement aménagée depuis la limite avec Paris jusqu’au pied du Stade de France. Une nouvelle passerelle piétons et vélos franchissant le canal au niveau du centre commercial du Millénaire permettra d’assurer la continuité du parcours au bord du canal entre la rive gauche depuis Paris et la rive droite vers Aubervilliers et Saint-Denis.

Aux abords immédiats du Stade de France, la fiabilisation du pont mobile de Saint-Denis améliorera l’accès aux sites olympiques depuis la rive droite pour les piétons, vélos et personnes à mobilité réduite, permettant également de mieux relier le quartier du Franc-Moisin à son école située sur la berge opposée.

L’aménagement de la berge en rive gauche de la courbe du Cornillon, au pied du Stade de France, sera achevé. Enfin, toujours en rive gauche, des cheminements sécurisés permettront aux piétons de rejoindre le Stade de France depuis le pont de Stains par la RD24.

L’héritage des Jeux

Logements, transports, aménagement, espaces verts, développement économique et emploi, Paris 2024 représente une opportunité considérable dans de multiples domaines pour le territoire.

Une fois l’olympiade terminée, le village Olympique et Paralympique sera reconverti en véritable quartier de ville ouvert et mixte avec :

  • 2200 logements familiaux
  • 900 logements spécifiques (pour les étudiants et les personnes âgées)
  • 2 hôtels
  • 3300 m² de commerces de proximité
  • 131 200 m² d’activités, de bureaux, de services
  • 2 parcs de 2 ha

 

Dans le même temps, le projet des Jeux permettra :

  • Le réaménagement des berges du canal Saint-Denis et de la Seine
  • La réalisation d’une passerelle piétonne et mobilités actives reliant Saint-Denis et L’Île-Saint-Denis
  • L’enfouissement de lignes à haute tension
  • L’amélioration de l’échangeur autoroutier Pleyel
  • La création de 16 hectares d’espaces verts
  • La réalisation de murs antibruit le long de l'A86

 

En matière de transports, ce ne sont pas moins de quatre lignes desservant le territoire dont le calendrier de mise en œuvre se voit garanti :

 

Sur le plan économique, les Jeux Olympiques représentent un accélérateur de projets considérable. Avec l’investissement de plus de 12 milliards d’euros investis sur le territoire sur les dix prochaines années. Du côté de l’emploi local, la Solideo,  en charge de la construction des ouvrages olympiques, s’est engagée à attribuer 10% des heures travaillées aux publics en insertion et 25% des marchés aux TPE-PME.

Pour les Jeux Olympiques et Paralympiques, 150 000 emplois seront mobilisés dans différents secteurs d’activité, notamment le BTP,  le tourisme, l’évènementiel et la sécurité. Des actions de formations seront mises en place dans les mois à venir pour les habitants afin de les aider à saisir ces opportunités d’emploi.

La carte des sites olympiques

Vous aimerez aussi