Agenda 21

Agir pour demain

L'Agenda 21... des objectifs au plan d'actions. Pour le bien être de tous, aujourd'hui et demain, c'est maintenant qu'il faut agir !

Un Agenda 21 pourquoi faire ?

L'agenda 21 est un plan d'actions pour le 21e siècle, une vision pour l'avenir du territoire, écrit par et pour les habitants d'aujourd'hui, dans le respect des générations futures et en préservant les ressources naturelles. Il ne se limite pas à l'environnement car l'écologie urbaine intègre les préoccupations sociales et économiques.

Sur le territoire de Plaine Commune qui a tant souffert du développement non durable, l'Agenda 21 traite de front les questions de droit à l'emploi, droit au logement, droit au transport et à la mobilité, de la cohésion sociale, territoriale et intergénérationnelle, des parcours éducatifs et de formation, de la lutte contre toutes les formes d'exclusion, du droit à la sécurité.

Une démarche collective

Entre mars 2010 et mars 2011, la diversité des formes de concertation mises en place (forums, ateliers dans les villes, blog, ateliers d'entreprise, groupe de réflexion dans les collèges, lycées et centre de loisirs, questionnaires aux habitants, aux salariés...) ont permis de consulter près de 7 000 personnes. Habitants, salariés, usagers et acteurs du territoire ont ainsi pu exprimer leurs avis, leurs opinions ainsi que leurs visions de notre territoire pour le 21e siècle. Economie, logement, transport, sécurité, cohésion sociale... Aucun sujet n'a été mis de côté dans cette réflexion globale et collective sur l'avenir du territoire.

Dans le même temps, le même chemin a été fait au niveau des villes qui composent Plaine Commune. Elles se sont également engagées, chacune à son échelle et à son rythme, dans un Agenda 21 communal.

Du diagnostic à la stratégie

Reposant à la fois sur les résultats de cette concertation, sur un état des lieux technique du territoire en terme de développement durable et sur une analyse des principales politiques menées par Plaine Commune, la stratégie de l'Agenda 21 retient 5 axes prioritaires de transformation qui doivent servir de boussole aux futures actions de l'Agenda 21 de Plaine Commune ainsi qu'aux autres politiques et projets portés par celle-ci :

  • Plaine-Monde, Plaine de tout le monde : favoriser la diversité et l'ouverture au monde comme richesse et point d'appui. Etre un territoire d'accueil et d'inclusion.
  • Plaine-école, Plaine fertile : donner à tous l'accès à un parcours éducatif de qualité et faire profiter les habitants du développement économique local.
  • Plaine apaisée, Plaine qualifiée : maîtriser les tensions urbaines en qualifiant le territoire pour le bien-être et la santé de tous.
  • Plaine-nature, Plaine de nature : réconcilier l'urbanisation avec la nature en favorisant l'implication de chacun
  • Plaine de création, Plaine de transition : innover et coopérer pour engager la conversion écologique du territoire, renforcer la démocratie locale.

La stratégie de l'Agenda 21 a été adoptée à l'unanimité par le conseil communautaire le 20 mars 2012. Elle doit à présent prendre corps dans des actions, portées par les différents acteurs du territoire, dans un esprit de coopération et de co-responsabilité.

Stratégie Agenda 21

Premier programme d'actions Terre d'Avenir

Le 18 septembre 2013 le Conseil Communautaire adoptait le premier programme d'actions Terre d'Avenir.

Il concrétise la stratégie Terre d'Avenir, stratégie de transformation pour engager Plaine Commune, ses habitants, ses acteurs, ses partenaires, dans les enjeux clés du XXIe siècle.

Déclinant les 5 axes de transformation de la Stratégie Terre d'Avenir, ce premier programme d'actions s'organise en 9 projets, portés par différents services de l'agglomération ou par des partenaires, et identifie de nombreuses " fabriques de projets ".

9 Projets pour la transition écologique et sociale 

Les 9 projets, chacun déclinés en trois à cinq actions, permettent chacun de répondre à plusieurs axes de transformation de la Stratégie Terre d'Avenir. Ils concernent des champs aussi divers que la lutte contre le changement climatique, le développement de l'agriculture urbaine, la transition économique, le pouvoir d'agir citoyen ou encore la réussite éducative des enfants et des jeunes. Ils ont en commun de montrer de nouvelles façons d'envisager le développement économique et social pour prendre en compte les enjeux majeurs d'aujourd'hui et de demain : crises écologiques et financière, nécessaire transition de modèle économique, changements climatiques...

28  "fabriques de projets" 

Lieux de formation, de discussion, de formation d'une culture commune, d'échange de pratiques ou de mutualisation de forces ou de moyens, ces fabriques de projets aideront, dans les mois et les années à venir, de nouveaux projets à émerger.

programme d'actions 2013-2016

Le Livre Blanc de l'Agenda 21

Formé de quatre livrets complémentaires, le Livre Blanc de l'Agenda 21 présente, de la concertation à la stratégie, l'ensemble de la démarche Terre d'Avenir qui articule l'Agenda 21 communautaire et les Agenda 21 portés par chacune des villes de Plaine Commune.

Le premier livret vous emmènera à la découverte des deux premières années de la démarche, du démarrage de la concertation jusqu'à l'adoption d'une stratégie partagée.
Télécharger le premier livret : du diagnostic à la stratégie

Le deuxième livret vous invite à découvrir le diagnostic du territoire au regard du développement durable, autour de trois familles d'enjeux.
Télécharger le deuxième livret : la participation citoyenne au coeur de la démarche

Le troisième livret donne la parole aux habitants, synthétisant les paroles entendues au cours d'une année d'écoute active et de dialogue.
Télécharger le troisième livret : des enjeux communs, pour réinventer le territoire

Le quatrième livret vous dévoile le premier programme d'actions : 9 projets et 28 fabriques de projets, pour mettre en œuvre concrètement la transition économique et sociale à Plaine Commune.
Télécharger le quatrième livret : programme d'actions

Au fil des ans ce Livre Blanc s'enrichira des contributions de l'ensemble de villes de Plaine Commune et des prochaines étapes de ce travail collectif.

À voir et à entendre... paroles d'habitants

Ce film, réalisé entre février et mars 2010, est l'une des nombreuses actions liées à la concertation de l'Agenda 21. Il interroge les aspirations d'habitants de Plaine Commune sur la manière dont ils perçoivent leur quartier, leur ville, sur leurs attentes par rapport aux thématiques du vivre ensemble et du développement durable...

Plan climat énergie

Sous l’influence des activités humaines, la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère augmente fortement, jusqu’à provoquer un dérèglement du climat. Pour le limiter et s’y préparer, les intercommunalités de plus de 20 000 habitants ont l’obligation d'établir un plan climat énergie. C’est un projet à la fois stratégique et opérationnel.

Réduire les émission de gaz à effet de serre

Avant même toute obligation réglementaire, afin de contribuer au respect des engagements nationaux et européens, Plaine Commune s’est doté en mars 2010 d’un Plan Climat Energie Territoire (PCET) dont l'objectif est la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 20 % d’ici à 2020. Il s’appuie sur le bilan carbone qui cible les secteurs sur lesquels agir en priorité

  • les transports des personnes et des marchandises, transit compris : 51% des émissions de GES du territoire 
  • les bâtiments (collectifs et individuels, logements et tertiaire) : 42% des émissions de GES (chauffage, eau chaude, l’éclairage…)

Des avancées déjà palpables

Depuis 2010, la réalisation des actions du PCET a permis des avancées importantes dans le domaine de l’énergie et du climat. Au 1er janvier 2015, plus des 3/4 des actions sont mises en œuvre (en cours ou achevées). Les secteurs où l’on observe le plus d’avancées sont : 

  • l’accompagnement des acteurs : l’Agence Locale de l’Energie et du Climat de Plaine Commune a été constituée en juin 2012 dans ce but,
  • l’habitat : application des deux conventions qualité (la Convention qualité construction neuve des logements sociaux et la Convention qualité réhabilitation du parc privé); rénovation de plus de 9000 logements sociaux et 5000 logements privés, avec un gain énergétique d’environ 40%. 
  • l’aménagement : intégration d’objectifs énergétiques et climatiques dans les opérations d’aménagement et de rénovation urbaine. Cette intégration est également renforcée par la mise en œuvre systématique du référentiel d’aménagement soutenable de Plaine Commune depuis 2013. Cinq chartes d’aménagement soutenable sont en cours d’élaboration et d’autres sont à venir dans pour les projets de rénovation urbaine.
  • l’éclairage public : réduction de 2% par an des consommations d’énergie malgré l’augmentation des points d’éclairage, 
  • la mobilité : adoption d’un Schéma Directeur des aménagements cyclables et élaboration en cours d’un Plan marche.

Mobiliser les acteurs et partenaires du territoire

L’implication de Plaine Commune dépasse la mise en œuvre des actions du PCET. En effet, de nombreux projets parallèles (stratégie mobilité durable, étude métabolisme urbain et expérimentations sur le recyclage et le réemploi des matériaux du BTP, charte des achats durables...) témoignent de la sensibilité des élus et des services de l’agglomération sur ces questions. Ces derniers sont rejoints par les villes elles aussi engagées dans des démarches de développement soutenable et d’économies d’énergie. 

En 2015, année de la COP21, la révision réglementaire du PCET fut l’occasion de : 

  • renforcer nos engagements face à l’urgence climatique
  • élargir la mobilisation des partenaires et des acteurs
  • actualiser le plan d’actions.

Un Plan Climat Énergie réactualisé en 2015

La première étape a été la signature le 26 novembre 2015 de la « Résolution d’engagements partagés pour la sauvegarde du climat et l’amélioration du cadre de vie à Plaine Commune ». Ce texte donne des objectifs à moyen-long terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et énonce les orientations stratégiques du territoire pour y parvenir : 

  • lier les réponses aux urgences climatiques et sociales en travaillant sur les emplois en lien avec la transition énergétique ou encore la rénovation thermique des logements précaires
  • réduire la pollution de l’air en favorisant les transports en communs et les déplacements actifs, 
  • rendre le territoire et ses habitant(e)s robustes aux dérèglements climatiques, en travaillant sur la qualité des bâtiments, en favorisant l’aménagement d’espaces verts et bleus, en conservant des espaces de pleine terre, en réduisant notre dépendance énergétique et alimentaire, etc.
  • être exemplaire, mobiliser les acteurs du territoire et coopérer au sein de la métropole du Grand Paris.

La signature de cette Résolution engage les signataires (Plaine Commune, les villes du territoire et les partenaires) à décliner ces orientations en un programme d’actions concrètes

bilan du Plan Climat Énergie 2010 - 2015

résolution d’engagements

Une élaboration concertée

Le plan d'actions a été élaboré de façon concertée. Un comité de citoyens volontaires s'est réuni à 5 reprises pendant l'année 2009 et a émis des préconisations qui ont été intégrées dans ce Plan Climat Energie et ses 63 actions.

Télécharger l'avis final du comité citoyen

La trame verte et bleue

La trame verte et bleue révèle les continuités écologiques aquatiques et terrestres permettant aux espèces animales et végétales de se développer et de se déplacer. Une méthode d’étude spécifique a été mise en place sur le territoire de Plaine Commune. Elle croise l’analyse géographique, écologique, paysagère en intégrant la dynamique urbaine.

La vie dans la ville

Les habitants et les usagers de Plaine Commune se sont exprimés à plus de 75 % pour un meilleur équilibre entre minéral et végétal à l’occasion du diagnostic de l’Agenda 21. C’est pourquoi avec l’Agenda 21 Terre d’Avenir, Plaine Commune s’est engagée à maintenir et à développer la biodiversité pour le bien être des habitants et des usagers et l’équilibre écologique. Par ailleurs, elle a affirmé sa responsabilité dans la lutte contre l’érosion de la biodiversité en adoptant au conseil communautaire du 15 décembre 2015, la Trame verte et bleue après deux années d’étude.

Les réflexions menées en parallèle sur l’adaptation du territoire au changement climatique et les modes actifs (plan marche notamment) ont été intégrées. La trame verte et bleue apporte un nouveau regard sur la ville, une nouvelle façon de la concevoir et de la gérer. Une ville soutenable est une ville dense qui doit savoir ménager des espaces à caractère naturel.

De nombreuses compétences mobilisées

C’est un ensemble de compétences qui a été sollicité pour mettre en œuvre cette Trame verte et bleue :

  • l’approche scientifique du Groupement Urban Eco, Marine Linglart, Philippe Clergeau, Magali Paris et Sylvain Morin d’Altern Paysage : sociologues, écologues, paysagistes ;
  • l’approche technique et transversale d’un comité réunissant les directions Eau et Assainissement, Mobilité, Voirie, Parcs et Jardins, Aménagement, Stratégie territoriale et Écologie urbaine et des ateliers et visites réunissant un grand nombre d’agents communautaires et communaux ;
  • l’approche politique avec l’Atelier des maires adjoints à l’environnement et le Collectif Espaces Publics, comité de pilotage de l’étude ;
  • l’approche partagée et par les usages avec le comité des partenaires "Plaine nature" comprenant les villes, les collectivités riveraines et collectifs ou associations du territoire.

Améliorer la biodiversité pour le bien-être des habitants

La trame verte et bleue permet d'abord de préserver, de développer et d'améliorer la biodiversité en luttant contre la fragmentation, la perte de surface et la dégradation des espaces à caractère naturel en restaurant un réseau de continuités écologiques favorables aux déplacements des espèces.

En retour, la biodiversité permet d'offrir aux habitants et aux usagers des services vitaux et d'agrément. Ces services « éco systémiques » sont particulièrement importants en milieu urbain pour offrir une qualité de vie aux habitants, pour la régulation environnementale (effet tampon sur les inondations, lutte contre les îlots de chaleur, épuration de l'air par exemple). Ainsi, la trame verte et bleue de Plaine Commune est multifonctionnelle, elle propose un maillage à la fois pour la biodiversité et pour les services et le bien être des habitants.

Un déséquilibre nord - sud

Les résultats montrent que la trame verte et bleue de Plaine Commune est fragmentée mais qu’elle présente un bon potentiel. Elle se constitue de noyaux de biodiversité primaires (plus de 5 ha avec une valeur écologique importante) et secondaires ( de 1 à 5 ha). Elle comporte également une multitude de petits espaces relais formant des trames herbacées ou boisées qui permettent le déplacement des espèces.

Si le sud est marqué par la quasi-absence de continuités écologiques, le Nord du territoire présente de nombreuses trames qui sont autant d’atouts pour le bien-être des habitants et l'adaptation au changement climatique.

La trame bleue est encore pour sa part peu lisible. La Seine constitue l’élément majeur de continuité aquatique à l’échelle régionale, tandis que le rôle du Canal St-Denis reste à développer. La Vieille Mer et le rû des Arras constituent quant à eux des potentiels de trame bleue.

Des continuités régionales

À une échelle plus large, les continuités de Plaine Commune sont bien articulées avec les continuités écologiques majeures identifiées par le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE). Celles-ci convergent vers les forêts de L’Île Adam et de Montmorency au nord, et vers les buttes du Parisis au nord-ouest. Les continuités avec les territoires urbains denses voisins sont aussi une réalité, ou sont en passe de le devenir, avec les espaces à caractère naturels existants ou à créer avec Est Ensemble, Paris ou les Hauts de Seine.

Une approche sociale de la nature en ville

L’approche sociale montre la relation de forte proximité des habitants avec les espaces verts. Cette relation des habitants aux espaces de nature s’analyse à travers cinq grandes catégories de sociotopes (espaces classés selon l'usage, la perception, la signification qu'en ont les usagers).

Ainsi par exemple le parc G. Valbon apparait comme « espace insulaire » emblématique mais peu approprié. Le Canal St Denis est un « espace de circulation », le parc de la Légion d’Honneur un « espace de séjour » où l’on va pique-niquer et se détendre un moment. Puis viennent de nombreux espaces que l’on ne fréquente que quelques minutes, les « espaces de dépendances ». Les bords de Seine sont peu fréquentés et il nous revient d’y favoriser des lieux de détente et de loisirs ainsi que les déplacements actifs autour d’un paysage de l’eau.

Une approche paysagère

L’approche paysagère distingue trois domaines identifiant l’organisation de la végétation des espaces publics et privés :

    • Le domaine de la Seine Confluence est constitué d’un corridor aquatique majeur sur lequel s’accrochent des espaces à caractère naturel, notamment à Épinay-sur-Seine, avec les parcs des berges de Seine
    • Le domaine des grands parcs et jardins qui couvre la partie nord de Plaine Commune et où les continuités écologiques sont bien représentées grâce à la forte densité d’espaces à caractère naturel de taille et de type variées (jardin, parcs..)
    • Le domaine de la ville mosaïque au Sud de Plaine Commune avec, en dehors des infrastructures ferroviaires, une intensité urbaine qui ne laisse subsister que des espaces à caractère naturel qui sont petits, isolés et morcelés

     

    La nature au cœur des politiques publiques

    L’objectif majeur pour Plaine Commune est d’intégrer la trame verte et bleue dans toutes ses politiques publiques, ainsi que dans ses projets. L’étude menée distingue cinq objectifs de maintien et de renforcement de la trame verte et bleue de Plaine Commune :

    • préserver les noyaux primaires et secondaires de biodiversité. Ces espaces à caractère naturel jouent un rôle primordial dans la trame verte et bleue et il est nécessaire de maintenir leurs fonctions d’accueil de la biodiversité en préservant leur surface et un milieu favorable par une gestion appropriée. (Cf. carte des noyaux de biodiversité primaires et secondaires)
    • conserver et améliorer les corridors fonctionnels et peu fonctionnels en menant un travail fin sur tous ces petits espaces à caractères naturels qui permettent le lien entre les noyaux de biodiversité
    • faire vivre la trame bleue autour de la Seine, du Canal Saint-Denis, en ouvrant les anciens rus des Arras et de la Vieille Mer et en créant des zones humides
    • assurer disponibilité et proximité des espaces de nature aux habitants permettant des usages variés et qui répondent aux attentes
    • maintenir et diversifier les habitats favorables aux espèces locales en développant une gestion adaptée des espaces à caractère naturel publics et privés.

    Un parc et une réserve naturelle

    La mise en œuvre de ces objectifs mobilise un grand nombre de compétences (foncier, aménagement, planification et renouvellement urbain, conception et gestion des espaces publics, eau et assainissement), d’outils règlementaires et fonciers (SCOT, PLUI et PLU), et de documents cadres comme le Référentiel d'aménagement soutenable, le Guide des espaces publics, le Schéma directeur des espaces publics et des déplacements, le Plan marche…

    Elle passe notamment par la réalisation de deux projets majeurs : la création d’un parc d’au moins trois hectares au sud de Plaine Commune sur le secteur de la Plaine Saint-Denis et la création d’une réserve naturelle sur les berges d’Épinay-sur-Seine.

    Un aménagement soutenable

    Adopté en 2013 à l’unanimité du Conseil communautaire, le Référentiel d’aménagement soutenable de Plaine Commune est un document de référence accompagnant les élus et les aménageurs pour mieux prendre en compte les enjeux d’écologie urbaine dans les projets d’aménagement et de rénovation urbaine.

    Huit engagements pour une ville durable

    Ce Référentiel propose une démarche pour concevoir et manager un projet d’aménagement soutenable, le plus en amont possible et dès les études urbaines. Désormais toutes les opérations d’aménagement et de rénovation urbaine doivent prendre en compte huit engagements :

    • Aménager une ville solidaire, attractive et apaisée
    • Aménager une ville respectueuse de la santé et du bien-être
    • Aménager une ville engagée face aux défis énergétiques et climatiques
    • Aménager une ville qui fait plus de place à la nature
    • Aménager une ville économe dans l’utilisation des ressources
    • Aménager une ville de la proximité, accessible et favorisant l’éco-mobilité
    • Aménager une ville avec celles et ceux qui la vivent
    • Aménager une ville artistique, culturelle et créative

    Des objectifs projet par projet

    Chaque projet urbain fait l’objet d’une Charte (une charte d’objectifs puis une charte d’engagements au fur et à mesure que le projet avance). Ces chartes déclinent de façon adaptée à chaque situation particulière le Référentiel.

    Le Référentiel rassemble l’ensemble des engagements pris par Plaine Commune en lien avec l’aménagement : le Schéma de cohérence territoriale, le Plan local de l’habitat, la Convention qualité pour les constructions neuves, le Schéma directeur des espaces publics et des déplacements, le Plan climat énergie territorial, le Plan local des Déplacements, la Trame verte et bleue… 

    référentiel aménagement soutenable